Nous avons soumis une réponse à l’article de Gaunitz et al. 2018 qui avait conclu de ses analyses d’ADN ancien que le cheval de Przewalski descend d’ancêtres domestiques féraux. Notre réponse vient d’être mise en ligne sous la forme d’eLetter sur le site de la revue Science.