Le but de notre opération est qu'à terme, le cheval de Przewalski occupe la totalité de Khomyn Tal. Il sera donc amené à sortir du site de lâcher clôturé et sera susceptible de rentrer en compétition avec les troupeaux des éleveurs locaux pour le fourrage.

Afin de faire cohabiter le cheval de Przewalski et les troupeaux domestiques, TAKH souhaite mettre en place un plan de pâturage respectant les intérêts de chacun. Pour ce faire, des études sur les types des parcours et les usages pastoraux ont été réalisées. D'autres sont en cours.

Une fois que nous aurons tous les éléments nécessaires pour élaborer un plan de pâturage fiable, nous les présenterons aux locaux afin de travailler ensemble à ce plan. Nous nous plaçons en effet dans une démarche où nous proposerons des schémas de gestion, et ce sera aux habitants de Khomyn Tal d'en disposer.

Typologie des parcours et des zones humides

Suite à un travail de terrain réalisé en 2006, une typologie des formations végétales de Khomyn Tal suivie d'une cartographie a été réalisée:

Vegetation map Khomyn Tal

Les formations végétales peuvent être séparées en deux grands types:

  1. Parcours arides dont la composition floristique varie en fonction de la granulométrie du sol
  2. Zones humides présentes grâce à la proximité des lacs et rivières

Par ailleurs en 2007 une première campagne d'étude de la richesse des parcours a eu lieu (via des coupes de biomasse).

Usages pastoraux

Depuis 2004 des campagnes annuelles d'interviews ont lieu afin d'avoir la connaissance la plus fine possible des usages pastoraux des habitants de Khomyn Tal. Ceci nous est indipensable pour élaborer des schémas de gestion compatibles avec les contraintes sociales, climatiques et économiques.

Nous avons particulièrement soigné l'approche géographique et pu produire bon nombre de cartes comme par exemple celle ci-dessous, décrivant l'utilisation saisonnière des pâturages:

Khomyn Tal transhumance pattern

Ces zones ont été obtenues à partir des positions des camps des éleveurs transhumants, et des distances maximales auxquelles ils conduisent leur troupeaux en fonction de la saison. Cette distance n'est en effet pas fixe. Au printemps par exemple, les animaux récemment nés ne peuvent pas parcourir des distances aussi grandes que les adultes pour aller paître.