Le cheval de Przewalski (Takh ou takhi en mongol) est l'ancêtre des chevaux domestiques d'aujourd'hui. Cependant, en tant qu'espèce, il n'a jamais été domestiqué et il est le dernier vrai cheval sauvage. Néanmoins, il y a d'autres espèces sauvages dans la famille des équidés.

Lascaux

Le nom Przewalksi vient du colonel Nicolaï Przewalski, un explorateur russe qui avait observé le cheval dans le désert de Gobi en 1879 et qui plus tard l'avait identifié comme une espèce inconnue des scientifiques occidentaux. Les nomades mongols vivaient avec cette espèce depuis des siècles ; les européens également devaient vivre avec le cheval de Przewalski (ou un proche cousin) il y a 20 000 ans, comme en attestent les peintures rupestres.

Depuis sa découverte par les Occidentaux, le cheval de Przewalski était devenu la cible des chasseurs et de campagnes de capture, qui ont conduit en partie à son extinction à l'état sauvage dans les années 1960. A ce moment, seuls 14 chevaux ont survécu dans différents zoos européens. Cependant, en 1990, la population captive a atteint les 1000 individus et on a commencé à discuter de possibles réintroductions en Mongolie.  

horse grooming

Claudia Feh, la fondatrice de l'Association Takh, avait compris le besoin pour ces espèces de retrouver leur comportement sauvage qu'elles avaient perdu en captivité.

Après presque 10 ans de semi-liberté au Villaret, notre petite population de chevaux de Przewalski avait formé des familles et adopté des comportements de chevaux sauvages. Ils étaient prêts pour un long voyage vers leur Mongolie natale.